Les transactions immobilières ne se déroulent pas toujours aussi bien que nous le souhaiterions. Même lorsqu’une promesse de vente est en place, il peut arriver que vous, en tant qu’acheteur, vous sentiez obligé de vous retirer d’un accord d’achat.

La promesse de vente peut être annulée. Il est possible que vous vous retiriez de la vente parce que vous avez trouvé une meilleure propriété ou parce que vous avez décidé de reporter votre projet d’achat.

Nous verrons dans cet article comment se déroule une rétractation d’une promesse de vente et tout ce qu’il y a à savoir sur cette démarche.

Qu’est-ce qu’une promesse de vente ?

Avant d’aborder les conséquences de la rétractation d’une promesse de vente, il convient d’expliquer ce que c’est. Il s’agit d’un contrat formalisé devant un notaire et signé par deux parties :

  • Un client : qui livre à l’avance un pourcentage de la valeur d’un bien qui lui sera livré dans le futur, et est responsable d’effectuer certains paiements à des dates précises.
  • Un vendeur : qui s’engage à ne pas vendre le bien à une autre personne, à le livrer dans un certain délai et un certain lieu et selon certaines spécifications techniques.

Cette convention peut prévoir également les sanctions en cas de rétractation des deux parties et les conditions de conclusion de la fin du contrat.

Puis-je me retirer après la signature de la promesse de vente ?

La promesse de vente peut être annulée dans les cas suivants :

  • Vous décidez de l’annuler avant de signer les titres de propriété ;
  • Le bien présente des vices cachés ;
  • Le vendeur ne livre pas le bien en temps et en forme ;
  • Le bien présente des caractéristiques différentes de celles indiquées dans le contrat.

Vous n’êtes pas « sous contrat » pour acheter une propriété tant que les vendeurs et vous n’avez pas tous signé l’acte de vente. Pour en arriver là, il faut généralement passer par plusieurs étapes.

Pour signer un acte de vente, vous allez très probablement remettre une offre écrite au vendeur. Cette offre contiendra probablement une date d’expiration, de sorte que si le vendeur n’y donne pas suite dans un délai donné, l’offre mourra d’elle-même.

Mais supposons que cela ne se produise pas, et que vous fassiez une offre à un vendeur qui ne demande rien de plus que de vous vendre la maison.

Tant que les deux parties ne sont pas parvenues à un accord sur toutes les conditions du contrat et n’ont pas signé l’acte de vente, aucun de vous n’est légalement lié à quoi que ce soit. Vous pouvez retirer votre offre sans aucun problème. Demandez simplement à votre agent immobilier de prendre contact avec l’agent du vendeur, probablement d’abord oralement, puis rapidement par une confirmation écrite.

Combien de temps puis-je me retirer après avoir signé une promesse de vente ?

Le délai de rétractation désigne simplement la période pendant laquelle vous avez le droit d’annuler le contrat. Se rétracter, c’est abandonner son projet d’acheter le bien qui vous a été réservé par un vendeur. Vous avez tout à fait le droit de vous rétracter pendant cette période, pour quelque raison que ce soit.

L’acheteur dispose d’un délai de réflexion de 10 jours pour revenir sur sa décision selon l’article L271-1 du code de la construction et de l’habitation. Il s’agit de la durée minimale légale, mais le vendeur et vous pouvez convenir de la prolonger. Il est cependant peu probable que le vendeur vous accorde un délai beaucoup plus long.

Pour l’acheteur, ce délai commence le lendemain de la remise en main propre ou de la réception par courrier recommandé de la convention de vente signée par les deux parties. S’il expire un week-end, il est prolongé jusqu’au lundi suivant.

Quel est le bon moment pour se rétracter ?

Le retrait signifie que le bien ne vous est plus réservé. Le vendeur peut soumettre une promesse de vente à un autre acheteur potentiel. Le non-respect de la promesse de vente peut mettre en péril le processus de négociation, voire la relation avec le vendeur. La promesse de vente du vendeur est une preuve de confiance envers vous et votre projet d’achat. Ne vous rétractez que si vous êtes convaincu de ne pas vouloir le bien ou si vous êtes encore indécis quant à l’achat.

Si vous voulez quand même vous désengager, faites-le pendant que vous en avez la possibilité. La promesse de vente précise le délai de rétractation.

Ne vous inquiétez pas, c’est la date à laquelle vous avez envoyé votre demande de rétractation qui compte, et non la date à laquelle le vendeur a reçu votre courriel. Toutefois, si le vendeur s’oppose à votre demande de rétractation au motif que le délai est dépassé, vous devrez établir que vous avez envoyé votre demande alors que vous étiez encore dans le délai de rétractation.

Serai-je remboursé si j’annule la promesse de vente ?

Si vous décidez de vous rétracter après l’expiration du délai de rétractation, le vendeur conservera l’indemnité d’immobilisation. Celle-ci aurait été versée lors de la signature du contrat de vente. Vous pouvez toujours demander une rétractation, mais elle sera à la discrétion du vendeur. Il a droit à l’exécution du contrat, c’est-à-dire à la signature de l’acte de vente.

Les paiements ne peuvent être effectués avant l’expiration du délai de rétractation si la promesse de vente est conclue entre particuliers sans l’assistance d’un agent immobilier ou d’un notaire.

Si vous faites appel aux services d’un agent immobilier, vous devrez lui verser des honoraires chez le notaire, qui représentent généralement 5 ou 10 % du prix de la transaction. Considérez cette somme comme un dépôt pour ces professionnels. Cette somme est négociable.

Si la vente se réalise, cette somme est évidemment retirée du montant total à payer. Si vous décidez de la retirer, elle vous sera remboursée dans les 21 jours suivant la date de retrait.

Comment rétracter une promesse de vente ?

Vous devez notifier au vendeur votre volonté de vous rétracter par lettre recommandée avec accusé de réception.

Vous n’êtes pas tenu de vous défendre auprès du vendeur. Vous pouvez vous rétracter sans pénalités financières tant que vous êtes dans le délai de rétractation.

Si vous avez déjà un lien étroit avec le vendeur, n’hésitez pas à l’aborder de manière plus informelle avant l’arrivée de la lettre recommandée. Vous aurez ainsi l’occasion de l’informer de votre décision. De cette manière, la vente pourra être annulée dans les meilleures conditions possibles.

Si vous avez dépassé le délai de rétractation, alors la situation est différente. Le vendeur peut alors intenter une action en justice pour rétractation illégale. Vous pouvez être amené à payer des dommages et intérêts. Par conséquent, il est essentiel d’évaluer le délai de rétractation avant de prendre une décision.

Combien coûte un retrait après la période de rétractation ?

Lorsque le délai légal de 10 jours est respecté, l’acheteur n’encourt aucuns frais. Passé ce délai, la restitution de l’acompte versé lors de la signature du compromis n’est plus automatique et correspond à la retenue de pénalités.

L’objectif est de trouver un arrangement à l’amiable avec votre vendeur pour annuler la transaction dans les meilleures conditions possibles. Informez-le formellement de votre intention de vous rétracter et demandez-lui s’il accepte de vous rembourser tout ou une partie de l’acompte.

Si un refus est prononcé, vous serez tout simplement dans l’impossibilité de récupérer votre argent. La rétractation entraîne donc une pénalité financière importante. Elle peut vous empêcher d’envisager une autre transaction immobilière dans un avenir proche.